ÉCHOUER


Il est vrai que j’ai beaucoup d’inspiration concernant les articles « humeur » ces derniers temps mais que voulez vous… Vous le savez, je ne me force pas et j’écris comme cela me vient et quand j’en ressens le besoin. Et ce soir, j’ai encore une fois envie de parler à coeur ouvert, de manière plus personnelle. Je voudrais aborder le sujet de l’échec, chose avec laquelle j’ai un rapport extrêmement compliqué. Pourquoi vous en parler à cet instant précis ? Et bien simplement car je me suis retrouvée face à cette situation récemment et que j’ai besoin de mettre des mots sur mes émotions. J’ai besoin de m’exprimer pour avancer

L’échec peut-être plus ou moins important pour chacun, avec de plus ou moins grosses conséquences sur notre vie et sur celle de ceux qui nous entourent. Me concernant, sans prétention aucune, c’est un sentiment que j’ai peu de fois ressenti, du moins jamais de cette manière. Alors oui, j’ai connu des « échecs » sentimentaux ou amicaux mais qui avec du recul n’en sont pas réellement, mais à part cela, rien qui ne m’est marqué au point de m’en souvenir.

La compétition (bien souvent avec moi-même), le perfectionnisme et le surpassement de soi ont toujours fait parti de mon quotidien. L’échec scolaire n’est pas quelque chose auquel j’ai fait face : j’ai toujours bien travaillé et eu de bonnes notes qui me satisfaisaient. En revanche, j’ai fait face à une défaite ressenti à chaud comme très douloureux, affectant, je dois bien l’avouer, mon égo mais pas seulement…

Depuis presque toujours, je rêve d’évasion, de voyage et de découverte de soi. C’est pourquoi je souhaitais me donner l’occasion de faire un séjour universitaire à l’étranger lorsque je serais en études supérieures. Étant maintenant en deuxième année de licence, la possibilité de partir en troisième année s’offrait à moi, et j’ai bien évidemment sauté sur l’occasion. Dans ma fac, pour partir en Erasmus, il faut valider une certification de langue attestant d’un certain niveau. J’ai donc choisi de passer le TOEFL en mettant premier voeux le Canada et le CERVANTES en mettant en deuxième et troisième voeux l’Espagne. Le but était de me donner plus de chances de peut-être partir en passant les deux. Résultat, j’ai raté ces deux certifications. J’étais très déçue, triste, écoeurée d’avoir fait dépenser de l’argent à mes parents pour au final échouer mais par forcément étonnée car j’étais peu préparée malgré mon niveau « correct » et que j’avais trouvé les deux examens difficiles. Néanmoins, la défaite fait mal et voir son rêve s’envoler pourtant à portée de main détruit.

 

« Ton rêve d’enfant, tôt ou tard, si tu le veux vraiment, tu le réaliseras »

 

Alors voilà, j’ai eu très mal face à cette déception, mais grâce mon entourage, j’ai su relativiser assez vite. Je me suis dit que si cela se passait ainsi c’était probablement car cela devait arriver et que mon rêve n’était que reporté à plus tard. Une part de moi était probablement rassurée à l’idée de ne pas se retrouver seule à l’autre bout du monde, loin des miens, pendant 4 mois. Puis l’autre part restait déçue de ne pas avoir l’occasion de vivre cette expérience. Je me suis donc simplement dit que ce n’était que partie remise, et que je l’exercerais d’une autre manière, à un autre moment, quand je serais prête et que toutes les opportunités seraient réunies.

Aujourd’hui, je ne sais pas encore comment et quand je vais réaliser ce rêve, mais ce ne sont pas les idées qui manquent, ni les envies. Des tas de façons existent pour atteindre mon but : réaliser un stage à l’étranger, partir en tant que jeune fille au pair, travailler l’été dans un autre pays, ou encore attendre le master pour réaliser un séjour universitaire… Évidemment, j’ai déjà mes idées et mes préférences, alors je vous en parlerais bien sur quand j’en saurais moi-même d’avantage.

 

Vous l’aurez remarqué, les termes autour de la déception et de l’échec sont en italiques. Je veux simplement mettre en avant le fait que cette négativité peut avoir du bon et qu’il suffit de toujours voir le positif dans le négatif. Il ne tient qu’à vous de changer ces termes négatifs en quelque chose de bien plus positif !

J’espère de tout coeur que cet article aidera ne serait-ce qu’un petit peu, ne serait-ce qu’une personne.

Je vous retrouve prochainement dans un nouvel article. Prenez soin de vous.

 

Suivez-moi sur les réseaux sociaux !

 

 

Shannon

 

Credit photos / Pinterest

You may also like

FAVOURITES PODCASTS #2

(S’)AIMER

2 commentaires

  • CAROLINE
    16 mars 2019 at 11 h 35 min

    Salut
    J’adore ton blog, toi qui es une passionnée de mode, il faut que t’abonnes à @jodielapetitefrenchie l’influenceuse Rennaise, mais très copiée par @gelixr, c’est dommage
    A très bientôt sur ton blog

    • Shan
      16 mars 2019 at 13 h 08 min

      Oh merci c’est adorable 🙂 !

LEAVE A COMMENT